Recherche :
  
  

précédent suivant

  LA LIBERATION

La bataille de Montrevel

Alors que la 19e arme allemande se replie le long de la Sane, les troupes allies progressent le long de la N 83. Frustr par les offensives allemandes du 1er septembre, qui l'empchent d'utiliser la mobilit de ses troupes pour attaquer les allemands par le flanc et inform du changement de direction de leur retraite vers Besanon, le gnral Truscott envoie le 117e cavalry squadron reconnatre la ligne allemande au nord et au nord est dans l'Ain. De leurs cts, les allemands ne sont plus en mauvaise position puisqu'en se repliant ils bnficient de leur ligne ravitaillement.
Le gnral Truscott, qui ne veut pas attendre les troupes du 179e rgiment d'infanterie et de la 45e division qui se reconstituent Meximieux, demande alors bnficier de la priorit sur les troupes franaises libres pour aller au nord sur Lons-le-Saunier. Dsirant gagner de vitesse la 1re arme franaise, il argumente que les chars et vhicules franais n'ont plus d'essence alors qu'il ne dispose que de maigres effectifs. Patch lui fait confiance, mais lui confie la mission de couper la retraite allemande de la 11e panzer division entre Bourg et Lyon.

Le 2 septembre, sous la grle, la 117e cavalry reconnaissance squadron, compos de 124 hommes, dix vhicules blinds et dix-huit jeeps qui manquent de grenades main et de charges explosives puissantes pour les canons de 37 mm, reoit l'ordre de prendre la ville de Montrevel, afin de couper la retraite allemande de Bourg Mcon. Se rendant compte qu'on les envoie au casse-pipe, le lieutenant-colonel Hodge proteste, jusqu' l'insubordination. Mais Truscott rsiste, il veut son action d'clat et sous estime la 11e panzer division. A 23 heures, sous une pluie froide, les 5 chars Stuart M5, les 3 obusiers automoteurs Priest et les jeeps se mettent en route dans une course folle. Tt le matin du 3, aprs avoir libr Etrez, les amricains, auxquels se joignent des F.F.I., capturent facilement 70 soldats allemands puissamment arms, arrivs la veille, et occupent Montrevel.

Trs rapidement, la 11e panzerdivision, dont l'tat-major est prs de Bourg, contre-attaque svrement d'autant plus qu'elle connat la faiblesse du systme dfensif amricain. Le bataillon de reconnaissance soutenu par six blinds, du gnie et des canons automoteurs se mettent en route sur Montrevel. Cherchant couvrir sa retraite, la troupe allemande encercle Montrevel. La bataille commence vers 11 heures. Le combat tourne au dsavantage des amricains : leur armement n'a aucun effet sur les blindages des Panther allemands. L'arrive des M5 et des Priest dans l'aprs midi ne change pas grand chose au combat. Un officier amricain doit utiliser des panzerfaust allemands pour contenir les blinds de la 11e panzer division qui reflux cause de l'exigut des rues.
Malgr les efforts hroques des G.I.'s, 16 heures 30, leur situation au centre ville est sans espoir, les troupes du gnie allemandes s'attaquent aux maisons, les unes aprs les autres et l'artillerie allemande est d'une redoutable efficacit dans ses combats urbains. Pour les amricains, trop de blesss, plus de munitions. Peu de temps aprs les 70 survivants qui n'ont pas russi s'chapper, sont capturs ou se rendent. Ils laissent sur le terrain trois chars Stuart, des jeeps, des half tracks et une automitrailleuse M8 sans avoir russi couper la retraite allemande. Ces derniers dplorent 60 victimes allemandes. Deux franais sont tus et un est bless.

Jrme CROYET
Docteur en Histoire, archiviste adjoint aux Archives Dpartementales de lAin
Bibliothcaire de la Socit dEmulation de lAin

précédent suivant


Lexique des sigles
copyright © 2017 IO Network

Accueil  |  Plan du site  |  Contact  |  Bibliographie  |  A propos  |  Annexe